By MAM Galerie

Exposition en cours

Move on Up

Une exposition de Morgane Fourey

Exposition du 4 mars au 8 avril 2017

16864945_981907885244398_6771334903524363753_n

Après une première exposition personnelle en 2011 « Cheville ouvrière », dans son ancien lieu rue Damiette, la MAM Galerie invite Morgane Fourey dans son espace rue Alsace Lorraine au sein de UBI à Rouen, dans le cadre de sa programmation 2016-2017.

A cette occasion, Morgane Fourey présente un ensemble de nouvelles sculptures et peintures incendiées, braisées, calcinées, qui sont autant de résurgences d’oeuvres précédemment créées par l’artiste. Fidèle à la pratique du trompe-l’oeil, Morgane Fourey orchestre ici une mise en scène pyromane de ses propres pièces, brûlées et consumées par le feu.

Si de nombreux artistes ont, un jour, décidé de détruire une oeuvre – voire toute un pan de leur travail, Morgane Fourey met en jeu ses pièces et leur simultanée combustion, présentées dans un même temps. Dans l’espace d’exposition, se confrontent différents modes d’apparition d’une production artistique.

Dissimulant ce qui est caché, à savoir l’oeuvre originale, la peinture agit du même coup comme un révélateur de ce qui devient alors au centre de l’attention. En déplaçant le regard vers ce qui est obscurci et recouvert de suie, Morgane Fourey met à vue et accorde une présence physique à ce qui est de l’ordre de l’effacement et la disparition.

Cet autodafé pictural rend aussi visible les complexités du processus de création, et agit comme un arrêt sur image, un état des lieux d’une certaine réalité artistique et de ses difficultés, questionnements et doutes qui lui sont inhérents.

Pourtant cette notion de ‘faillite artistique’ qui sous-tend l’exposition porte en elle déjà une certaine forme de résilience. La suie et les cicatrices des flammes peintes sur les oeuvres relèvent d’ailleurs plus d’un travail de restaurateur que de liquidateur. Au-delà du double mouvement de destruction et de monstration, cet état transitoire préfigure sa possible réparation.

Bight your lip
And take a trip
Though there may be
Wet road ahead
You cannot slip
So move on up

Curtis Mayfield, move on up (extrait), 1970

Loraine Baud